Soutenance de thèse de doctorat en sciences cliniques de madame Isabelle Ledoux

Ledoux IsabelleMadame Isabelle Ledoux, étudiante au doctorat sous la direction de la professeure Lise Talbot, Faculté de médecine et des sciences de la santé,  la codirection de la professeure Sylvie Jetté,Faculté de médecine et des sciences de la santé et du professeur Vincent Grenon, Faculté d’éducation a soutenu avec succès en février 2016 sa thèse de doctorat en sciences cliniques (sciences infirmières).

Titre de la thèse
Résumé

Il existe peu d’études qui ont exploré différentes approches pédagogiques traitant de la simulation notamment dans un contexte de formation collégiale en soins infirmiers et ce, malgré leur implantation grandissante dans ces programmes de formation. Aucun instrument de mesure au sujet de l’auto-efficacité provenant de la théorie développée par Bandura (1977 a ou b, 1986) dans ce contexte n’a été identifié. But : Explorer l’ajout de la simulation haute-fidélité (SHF) à l’examen clinique objectif structuré (ECOS) sur l’auto-efficacité, l’anxiété et la performance en situation d’apprentissage d’étudiantes de niveau collégial en soins infirmiers. Afin d’atteindre ce but, cinq objectifs ont été proposés, répartis en trois phases. Méthodes : Un comité d’experts a participé au développement du questionnaire traitant de l’auto-efficacité perçue suivi d’une validation auprès d’étudiantes en soins infirmiers et d’une analyse factorielle exploratoire (n=221). Par la suite, une étude pilote a été réalisée auprès d’étudiantes en soins infirmiers (n=20) réparties dans un groupe expérimental (ECOS suivi de SHF) et un groupe témoin (ECOS seulement). Deux questionnaires autoadministrés et une grille d’observation ont été utilisés en pré et post-test pour toutes les participantes des deux groupes, suivis d’entretiens individuels semi-dirigés auprès de volontaires (n=19). Enfin, des entretiens individuels semi-dirigés ont été réalisés auprès de candidates à l’exercice de la profession infirmière (n=14) en complément aux données recueillies lors de l’étude pilote. Résultats : Cette étude a permis de créer un nouvel instrument de mesure en langue française. Les résultats quantitatifs collectés lors de l’étude pilote permettent de constater que les deux groupes se comportent de la même façon soit par une diminution significative de l’anxiété après simulation ainsi qu’une performance moyenne de 7/10. Celle-ci étant supérieure après la réalisation d’ECOS seulement, comparativement aux ECOS suivi de la SHF. Ces résultats appuient les propos recueillis des participantes suggérant ainsi d’utiliser les deux types de simulations en complémentarité. Forces et limites : Cette étude utilise des instruments de mesure validés avec de bonnes qualités métrologiques (α > 0,80). Les limites sont principalement liées aux difficultés de recrutement. Conclusions : Cette étude contribue à une meilleure connaissance de la valeur ajoutée d’une deuxième approche pédagogique par simulation sur l’auto-efficacité, l’anxiété et la performance d’étudiantes de niveau collégial en soins infirmiers. Cette connaissance pourrait permettre de mieux préparer les futures infirmières au niveau de la pratique clinique et de favoriser la recherche dans ce domaine encore peu exploré.

Accéder à la thèse
Composition du jury

Présidente: Marie-France Dubois, Programme de sciences cliniques, Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke.
Direction: Lise R. Talbot, Programme de sciences cliniques,Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke.
Codirection: Sylvie Jetté, Programme de sciences cliniques, Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke.
Codirection: Vincent Grenon,  Faculté d’éducation, Université de Sherbrooke.
Membre externe: Sylvie Dubois,  Faculté des sciences infirmières, Université de Montréal.
Membre externe: Sylvain Bourdon,  Faculté d’éducation, Université de Sherbrooke.