Soutenance de thèse de doctorat en éducation de madame Agnès-Catherine Alliot-Allamand

Madame Agnès-Catherine Alliot-Allamand, sous la direction du professeur Philippe Maubant (Université de Sherbrooke) et  la codirection du professeur Jean-Pierre Boutinet, Professeur émérite de psychosociologie à l’Université Catholique de l’Ouest (UCO), Angers, a soutenu avec succès le jeudi 4 mai 2017 sa thèse de doctorat en éducation.

Titre de la thèse

 Revendiquer un parcours professionnel atypique, Pour quelle(s) reconnaissance(s)?  Le cas de cadres dans le secteur de l’assurance en France

Résumé

La présente recherche s’intéresse aux individus, cadres, revendiquant, dans le monde de l’assurance, en France, des parcours professionnels atypiques. Dans une perspective psychosociologique, cette revendication nous semble signifiante des nouvelles formes de recherche identitaire qui s’expriment, dans la société post-moderne, à travers la quête de reconnaissance. Prenant acte de l’émergence du parcours professionnel comme modèle alternatif à la carrière, elle questionne par ailleurs les pratiques de gestion des ressources humaines et de recrutement.

La reconnaissance est analysée comme une double relation d’identification et d’attribution de valeur, par autrui et par soi-même. Or, si la reconnaissance est constitutive de la carrière qui l’institutionnalise et l’inscrit dans un cadre collectif, extérieur à l’individu, le parcours professionnel remet en cause ce schéma et génère de nouvelles dynamiques de reconnaissance individuelle, intersubjective, aléatoire et relative. En revendiquant un parcours professionnel atypique, l’individu l’assume, s’y reconnait, et réclame l’estime sociale qui lui semble dû pour être parvenu à répondre à l’injonction sociétale actuelle. Cette étude, de type exploratoire à caractère descriptif, s’interroge sur les scénarios de reconnaissance engagés par ces individus. Il s’agit de mieux connaître les caractéristiques des parcours professionnels atypiques, d’en distinguer les formes d’atypie pour enfin rendre compte des diverses expressions de reconnaissance obtenue à travers ces revendications.

La démarche méthodologique mise en œuvre repose sur la réalisation de onze entretiens semi-directifs suivie d’une analyse qualitative du matériau ainsi recueilli. Les résultats de la recherche mettent en lumière la diversité des parcours qualifiés d’atypiques. Les trois manières dont se constitue l’atypie des parcours aux yeux de leurs auteurs sont mises en évidence : par différenciation, promotion de sa singularité et incorporation du regard de l’autre sur son parcours. La quête de reconnaissance apparaît satisfaite à travers quatre classes de scénarios de reconnaissance : les scénarios du dépassement, du lien, de la fidélité et de la sublimation. Ces résultats permettent de proposer plusieurs recommandations tant sur le plan des pratiques que de la formation, pour les individus comme pour les organisations qui les emploient.

Accéder à la thèse
 Composition du jury

Président: Jean-Pascal Lemelin, vice-doyen à la recherche et aux études supérieures en recherche, Faculté d’éducation, Université de Sherbrooke.
Direction: Philippe Maubant, Professeur au département d’enseignement au préscolaire et au primaire, Faculté d’éducation, Université de Sherbrooke.
Codirection: Jean-Pierre Boutinet, Professeur émérite de psychosociologie à l’Université Catholique de l’Ouest (UCO), Angers.
Membre du jury interne:Jean-Claude Coallier, Professeur au département d’orientation professionnelle, Faculté d’éducation, Université de Sherbrooke.
Membre du jury externe: Bertrand Bergier, Professeur à la Faculté d’éducation, Université Catholique de l’Ouest (UCO), Angers.
Autre membre : Didier Demazière, Directeur de recherche au CNRS, CSO, Sciences-Po, Paris.
Autre membre : Daniel Faulx, Professeur au département d’apprentissage et formation continue des adultes, Université de Liège, Belgique.