Soutenance de thèse de doctorat en éducation de Michel Perrinel

perrinel2 (2)

Monsieur Michel Perrinel, sous la direction du professeur Philippe Maubant de l’Université de Sherbrooke et la codirection du professeur Benoit Raveleau,  Université Catholique de l’Ouest, Angers a soutenu sa thèse de doctorat le vendredi 9 septembre 2016.

Titre de la thèse

L’apprentissage professionnel en alternance, d’apprentis de l’enseignement supérieur français : Étude des livrets d’alternance d’une licence professionnelle Assurances Banque Finances.

Résumé

Le développement du dispositif de l’apprentissage dans l’enseignement supérieur alors que sa plus-value est contestée, est un phénomène spécifiquement français qui interroge. Nous étudions le processus d’apprentissage professionnel en alternance vécu par des apprentis de l’enseignement supérieur en questionnant ses spécificités vis-à-vis, d’une part, des formations nonalternées et d’autre part des formations alternées du secondaire. Cela nous conduit respectivement à mener une étude longitudinale des traces de l’analyse réflexive des apprentis sur leurs apprentissages décelables dans leurs livrets d’alternance et à effectuer un focus sur l’apprentissage du jugement professionnel saisi comme facteur, marqueur et vecteur de la compétence ciblée spécifiquement en enseignement supérieur. Nous effectuons une étude de cas unique concernant les livrets d’apprentis d’une licence professionnelle de chargé de clientèle de particuliers en banque-assurance. Mobilisant une articulation originale du cadre théorique de la didactique professionnelle (Pastré, 2011) et de l’approche épistémologique de Popper (1981) nous caractérisons les résultats d’apprentissage des apprentis puis analysons le processus d’apprentissage professionnel selon ses dimensions identitaires, opératoires et temporelles. En identifiant différents profils d’apprentis nous caractérisons les conditions favorables à la mise en relation par ceux-ci des enseignements de l’école avec les situations de travail. Nous constatons une absence de démarche inductive à l’école qui pourtant contribue à l’accélération de l’apprentissage professionnel en s’appuyant sur un processus d’imagination critique. Nous caractérisons cinq fonctions d’apprentissage dans l’alternance enchevêtrant des mises en relation entre différents niveaux d’abstraction et différents niveaux de concrétisation. Les dimensions temporelles de l’alternance alimentent l’intensité du flux des apprentissages qui s’effectuent en se synchronisant sur le flux des activités d’école et le flux des activités de travail. L’apprentissage du jugement professionnel parait inachevé et s’effectuer par sectorisation avant de pouvoir appréhender la globalité d’une situation.

Accéder à la thèse
Composition du jury :

Président : Jean-Pascal Lemelin, vice-doyen à la recherche et aux études supérieures en recherche
Directeur : Philippe Maubant, Professeur au département d’enseignement au préscolaire et au primaire,Université de Sherbrooke
Codirecteur : Benoit Raveleau, Professeur des université, Université Catholique de l’Ouest, Angers
Membre interne : Marc Boutet, Professeur au département d’enseignement au préscolaire et au primaire,Université de Sherbrooke
Membre externe : David Oget, maître de conférences, INSA de Strasbourg, Université de Strasbourg.
Membre externe : Pascal Roquet, professeur des universités, CNAM, Paris
Membre externe : Jean Clénet, professeur émérite des universités, Université de Lille 1